LE POINT SELLIER <br> Origine et pratique traditionnelle

LE POINT SELLIER
Origine et pratique traditionnelle

Publié par Laetitia Triquet le

Technique de couture emblématique de la maison Hermès, nous vous expliquons aujourd’hui l’origine du point sellier, sa particularité, et comment nous l’avons adapté pour nos ateliers.

À la machine comme à la main, il existe de nombreuses techniques pour coudre le cuir. Mais la star de toutes reste le point sellier ! Le métier de Sellier apparaît au 13e siècle et désigne les artisans fabriquant les selles et les harnachements destinés aux chevaux. Il donnera son nom à cette technique de couture ancestrale, qui fut par la suite utilisée sur des pièces de cuir fortement sollicitées à l’usure telles que les ceintures et les poignées. 
Introduite en maroquinerie contemporaine par la maison Hermès, cette pratique de couture à la main se démarque de la couture machine par sa solidité à la torsion et à la traction. Caractérisée par un point serré et incliné, elle donne un résultat très élégant.
C’est la méthode la plus appréciée des amoureux du cuir ! 
 

Quelles sont les étapes de cette méthode si réputée ? On vous explique tout ! 

Pour le point sellier, on utilise généralement du fil de lin et de polyester enduit de cire d’abeille afin de le renforcer. Dans un premier temps les bords des pièces de cuir à assembler sont contrecollées avec une colle dite « contact », spécialement adaptée au cuir, qui doit ensuite sécher 5 à 10 minutes. 
Puis, on trace une ligne de couture à quelques millimètres du bord sur laquelle on viendra marquer les points à l’aide d’une griffe à frapper et d’un maillet. Le but n’est pas de percer le cuir entièrement, mais seulement une petite partie de son épaisseur.


Vient ensuite l’étape de la couture à deux aiguilles. Oui vous avez bien lu !  Le point sellier se réalise en insérant une aiguille à chaque extrémité du fil. On vient positionner nos pièces de cuir dans une pince sellier afin de les maintenir entre-elles. 

La technique est alors la suivante : point par point, on termine de trancher le cuir à l’aide d’une alène losangique, puis on enfile une première aiguille d’un côté. La seconde aiguille viendra croiser la première à travers le trou.


Ainsi en passant les aiguilles alternativement au-dessus puis en dessous l’une de l’autre, les fils se croisent et forment un point bien solide ! Il est important de bien serrer les points avec la même régularité tout au long de la couture.
On termine par quelques points d’arrêt (en arrière), on coupe le fil à ras, on sécurise avec un point de colle, on martèle après séchage et le tour est joué ! 
 

Et le point sellier version Pigeon Coq alors ?

Largement inspirée de sa technique traditionnelle, nous vous proposons à l’atelier une version simplifiée du point sellier. Nous la voulions ludique et accessible à tous ! 

Une pince révolver, des petites pinces de maintien, deux aiguilles et du fil de polyester ciré suffisent. Le moment de la couture est l’une des grandes étapes de nos ateliers, mêlant concentration, détente et satisfaction de voir sa création enfin prendre forme :). 
 Couture point sellier le pigeon coq


Prêts à apprendre le Point Sellier réinventé by le Pigeon-Coq ? Pour réserver votre atelier, rendez-vous sur notre calendrier.

Un grand merci à nos amis chez Déco Cuir nous ayant permis d'utiliser leurs photos afin d'illustrer notre article !